Quantcast

FacebookTwitterGooglePlusFluxRSSInstagramLinkedin

Notre Blog SkyrockWordPressDailymotionYouTubeSnapchatBlued

PREVENTION CANCER

PREVENTION - LUTTE CONTRE LE CANCER

Mise à jour le 01er septembre 2016

 

Sommaire

- Definition

- Les chiffres du cancer (2015)

- Focus sur les cancers les plus fréquents

- Traitements

 

 

INTRODUCTION

De plus en plus de mondes nous quittent à cause de cette terrible maladie.
Nous devons nous mobiliser pour vaincre cette maladie et éviter qu'elle se propage.

 

CHAPITRE 1 - DEFINITION 

De la même manière que notre corps est composé de centaines de catégories différentes de cellules, il existe des centaines de cancers. Si cette maladie est parmi les plus redoutées, connaît-on pour autant ses mécanismes ? Pourquoi certaines tumeurs sont-elles cancéreuses, d'autres pas ? A quel moment parle-t-on de métastases ?

Chaque cellule contient dans son noyau des instructions sous forme de gènes. Au cours de la formation de l'être humain, chacune se différencie et n'utilise plus qu'une certaine partie de l'information génétique qu'elle contient pour son renouvellement et sa mort. Mais il arrive parfois que le mécanisme cellulaire s'enraye.
Une cellule à la folie contagieuse

Si les instructions relatives à sa reproduction et à sa mort sont altérées, la cellule peut commencer à se diviser de manière incontrôlée... et devenir immortelle. Chaque cellule nouvellement créée contient l'erreuret produit des protéines anormales. Ces protéines dites "oncogéniques" sont à l'origine du comportement anarchique de la cellule.

Comme les cellules anormales se multiplient beaucoup plus rapidement que les cellules saines, elles peuvent former un amas appelé tumeur ou lésion. En gagnant en superficie, il peut construire lui-même les vaisseaux sanguins qui vont l'approvisionner en oxygène et nutriments.

La tumeur peut contrôler son ampleur et ne pas migrer vers d'autres organes, dans ce cas, elle sera dite non cancéreuse ou bénigne. Si elle envahit les organes alentours elle est dite maligne ou cancéreuse.

La cellule cancéreuse se distingue ainsi par ces deux capacités : une multiplication incontrôlée et anarchique associée à la possibilité de coloniser des tissus ou organes dont elle n'est pas originellement issue.

Les cellules cancéreuses peuvent s'étendre aux organes alentours mais elles peuvent également entrer dans le flux sanguin et coloniser des organes distants. Une fois à destination, elles se développent comme la tumeur originelle. Ce processus est nommé métastase.

Après ce stade, les chances de guérison sont plus faibles car les tumeurs disséminées sont plus difficiles à éliminer.

 

 

CHAPITRE 2 : LE CANCER EN CHIFFRES

Chiffres dans le Monde

Le cancer touche environ 10 millions de personnes chaque année dans le monde soit environ 15% de la mortalité mondiale.

On estime que ces chiffres liés au cancer dans le monde, ne pourront qu'augmenter. Cela est dû à trois facteurs essentiels: 

  • l'augmentation de la population mondiale (de 6,1 milliards en 2000, elle est passée à 7,06 milliards en 2012 et devrait atteindre 8,3 milliards en 2030)

  • le vieillissement de la population mondiale d'ici à 2030

  • l'augmentation de la fréquence des cancers (même si la taille de la population reste constante et que la répartition par âge reste inchangée)

Par extrapolation de ces données, on pourrait s'attendre à ce que, d'ici 2030, il y ait, dans le monde, environ 26,4 millions de nouveaux cas de cancer et 17 millions de décès dus au cancer par an.

 

Chiffres en France (2015)

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 385 000 (211 000 hommes et 174 000 femmes)

Les cancers de la prostate, du sein, du côlon-rectum et du poumon sont les cancers les plus fréquents.

Le nombre de décès par cancer est estimé à 149 500 : 84 100 chez l'homme et 65 400 chez la femme. Le cancer du poumon reste de loin le cancer le plus meurtrier chez l'homme, devant le cancer colorectal et le cancer de la prostate. Chez la femme, le cancer du sein se situe en tête de la mortalité ; le cancer du poumon arrive juste après et le cancer colorectal se situe toujours en troisième position.

 

 

Données globales

  • 385 000 nouveaux cas estimés de cancer en 2015 en France métropolitaine (211 000 hommes et 174 000 femmes) ;

  • Taux d'incidence (standardisés monde) estimés en 2015 en France métropolitaine = 362,4 pour 100 000 hommes et 272,6 pour 100 000 femmes ;

  • Âge médian au diagnostic en 2015 en France métropolitaine = 68 ans chez l'homme et 67 ans chez la femme ;

  • 149 500 décès estimés en 2015 en France métropolitaine (84 100 hommes et 65 400 femmes, contre 85 000 hommes et 63 000 femmes en 2012) ;

  • Taux de mortalité (standardisés monde) estimés en 2015 en France métropolitaine = 124 pour 100 000 hommes et 72,9 pour 100 000 femmes ;

  • Âge médian au décès en 2015 en France métropolitaine = 73 ans chez l'homme et 77 ans chez la femme ;

  • Prévalence totale en France métropolitaine : le nombre de personnes de 15 ans et plus en vie en 2008 et ayant eu un cancer au cours de leur vie est de l'ordre de 3 millions : 1 570 000 hommes et 1 412 000 femmes.

Chez les enfants et les adolescents, le cancer touche en moyenne par an 2 500 nouvelles personnes (1 700 chez les moins de 15 ans et 800 chez les adolescents de 15 à 19 ans). La survie à 5 ans des enfants et adolescents atteints de ces cancers s'est améliorée de manière très significative ces dernières décennies et dépasse aujourd'hui les 80 %.

  • Principales localisations chez les moins de 15 ans : leucémies (28,3 % des cas, dont 80 % de leucémies aiguës lymphoblastiques), tumeurs du système nerveux central (SNC : 24,9 %), lymphomes (11,2 %) ;

  • Principales localisations chez les adolescents : maladie de Hodgkin (22 % des cas), leucémies aiguës (12 %), cancers de la thyroïde (9 %), tumeurs osseuses (8 %), lymphomes malins non hodgkiniens (7 %) ;

  • Chez les moins de 15 ans, 287 décès par cancer observés en 2010 en France métropolitaine, soit 7 % de la mortalité infantile entre 0 et 14 ans. Chez les adolescents de 15 à 19 ans, 117 décès par cancer observés en France en 2009.

 

CHAPITRE 3 : Focus sur les cancers les plus fréquents

Le cancer de la prostate

  • Le cancer de la prostate se situe au 1er rang des cancers chez l'homme, nettement devant les cancers du poumon et du côlon-rectum.

  • 53 465 nouveaux cas estimés de cancer de la prostate en 2009 en France métropolitaine (56 841 nouveaux cas attendus pour 2012).

  • Taux d'incidence (standardisé monde) en 2009 = 99,4 pour 100 000 hommes.

  • 8 876 décès par cancer de la prostate estimés en 2012 en France métropolitaine (8 950 décès en 2009).

  • Taux de mortalité (standardisé monde) en 2012 = 10,2 pour 100 000 hommes (11,3/100 000 en 2009).

 

Le cancer du sein

  • Le cancer du sein se situe au 1er rang des cancers incidents chez la femme, nettement devant le cancer du côlon-rectum et le cancer du poumon.

  • 48 763 nouveaux cas de cancer du sein estimés en 2012 en France métropolitaine.

  • Taux d'incidence (standardisé monde) en 2012 = 88,0 pour 100 000 femmes.

  • 11 886 décès par cancer du sein estimés en 2012 en France métropolitaine.

  • Taux de mortalité (standardisé monde) en 2012 = 15,7 pour 100 000 femmes.

 

Le cancer colorectal

Avec 42 152 nouveaux cas estimés en 2012 dont 55 % survenant chez l'homme, le cancer du côlon-rectum se situe, tous sexes confondus, au 3ème rang des cancers les plus fréquents après le cancer de la prostate et le cancer du sein. Chez l'homme, le cancer du côlon-rectum se situe au 3ème rang des cancers incidents masculins avec 23 226 nouveaux cas estimés en 2012. Chez la femme, il se situe au 2ème rang (18 926 cas) derrière le cancer du sein.

  • 42 152 nouveaux cas de cancer colorectal estimés en 2012 en France métropolitaine (23 226 hommes et 18 926 femmes).

  • Taux d'incidence (standardisé monde) en 2012 = 38,4 pour 100 000 hommes et 23,7 pour 100 000 femmes.

  • 17 722 décès par cancer colorectal estimés en 2012 en France métropolitaine (9 275 hommes et 8 447 femmes).

  • Taux de mortalité (standardisé monde) en 2012 = 13,3 pour 100 000 hommes et 7,9 pour 100 000 femmes.

 

Le cancer du poumon

Avec environ 39 495 nouveaux cas estimés en 2012 dont 71 % survenant chez l'homme, le cancer du poumon se situe au 4ème rang des cancers incidents, tous sexes confondus. Chez l'homme, il se place au 2ème rang des cancers masculins avec 28 211 nouveaux cas estimés en 2012. Chez la femme, le cancer du poumon est le 3ème cancer incident avec 11 284 nouveaux cas estimés en 2012, en progression constante.

  • 39 495 nouveaux cas estimés de cancer du poumon en 2012 en France métropolitaine (28 211 hommes et 11 284 femmes).

  • Taux d'incidence (standardisé monde) en 2012 = 51,7 pour 100 000 hommes et 18,6 pour 100 000 femmes.

  • 29 949 décès par cancer du poumon estimés en 2012 en France métropolitaine (21 326 hommes et 8 623 femmes).

  • Taux de mortalité (standardisé monde) estimé en 2012 = 37,0 pour 100 000 hommes et 12,9 pour 100 000 femmes.

 

CHAPITRE 4 : LES TRAITEMENTS  

Du lieu d'origine du cancer dépend souvent la vitesse de propagation, ainsi que la résistance au traitement. Le bilan thérapeutique nécessite un diagnostic précis et la consultation d'une équipe médicale regroupant différentes spécialités. Plus la tumeur est détectée précocement, plus les traitements pourront être efficaces.
Bien que chaque cancer nécessite un traitement propre, on peut distinguer trois grands types d'outils thérapeutiques :

Chirurgie : qui consiste à enlever la tumeur et selon la localisation, les tissus ou les organes proches.
Le chirurgien retire autant de cellules cancéreuses que possible mais parfois des traitements supplémentaires sont nécessaires. Il peut s'agir de :

Radiothérapie : il s'agit d'exposer les cellules cancéreuses à une ionisation, c'est-à-dire une émission de radiations qui va altérer la composition de l'information génétique des cellules cancéreuses. Ce matériel génétique contenu sous la forme d'ADN subit des transformations, qui rendront la cellule incapable de se reproduire. Cette "stérilisation" réduit ainsi la reproduction anarchique de ces cellules malignes, responsables du cancer. Les cellules saines ayant un meilleur taux de réparation subissent moins de dégâts.

Chimiothérapie : des médicaments sont administrés aux patients pour tuer spécifiquement les cellules cancéreuses ou pour améliorer les défenses naturelles contre le développement de ces cellules anormales.
Pour en savoir plus sur les traitements et les voies de recherches propres à certains cancers, vous pouvez vous reporter à nos dossiers spécifiques

 

Date de dernière mise à jour : 16/09/2016

__________________________________________________________________________________________________________________________________

PageRank Actuel

https://annuaire.laposte.fr/associations/equality-52445471700025/

<a href= »http://www.guide-gay.com » title="Guide Gay" target= »_blank »>Guide Gay</a>

Google+

Annuaire Tchat

Annuaire Association

Annuaire Webradio

Annuaire pour webmaster - Tchat

Annuaire liens durs - Rencontres

Referencement gratuit - formation java j2ee lyon - avis sur archos - activité pour enfants
visitez maupiti l authentique - photographe mariage toulouse - chien de terre neuve - tchatche

 

 CopyrightFrance.com