Quantcast

FacebookTwitterGooglePlusFluxRSSInstagramLinkedin

Notre Blog SkyrockWordPressDailymotionYouTubeSnapchatBlued

20 JANVIER 2013 - BILAN MANIF POUR LE MARIAGE A BORDEAUX

20 JANVIER 2013 –

Mariage pour tous 

Bordeaux : sous la pluie pour défendre l'égalité

 

Les partisans du mariage pour tous ont rassemblé samedi 1 500 personnes à Bordeaux, selon la police.

Au plus fort de la manifestation, les organisateurs ont comptabilisé de leur côté 3 000 participants.

Malgré le froid et la pluie, les manifestants convergent à 14 heures vers la place de la Comédie. Les premiers arrivés se mettent à l'abri sous les colonnades du Grand-Théâtre tandis que les autres patientent avec le sourire sous les parapluies.

En attendant l'heure du départ, Greg et Emmanuelle, armés de baguettes, engloutissent un plat japonais. « On se réchauffe comme on peut. Ce n'est pas le mauvais temps qui va nous arrêter », lâche la jeune femme.

 

3 000 selon les organisateurs

Une semaine après la manifestation nationale demandant le retrait du projet de loi de mariage pour tous, le collectif pour l'égalité ripostait hier, à Bordeaux, en organisant une mobilisation des partisans du mariage gay. Plusieurs élus socialistes bordelais sont venus apporter leur soutien, comme Matthieu Rouveyre ou Jacques Respaud. Il y avait aussi le maire du Taillan-Médoc, Ludovic Freygefond. Applaudie à la citation de son nom, la ministre Michèle Delaunay s'est éclipsée peu avant le début de la marche, à 14 h 45.

Une banderole arc-en-ciel barrée du mot « égalité » a ouvert le cortège au rythme d'une musique electro. Au terme d'ultimes discussions avec la police, le collectif, totalisant plus d'une trentaine d'organisations signataires (associations, syndicats et partis politiques), a finalement obtenu gain de cause. Comme ils le souhaitaient, les manifestants ont pu emprunter le cours de l'Intendance, obligeant du même coup à un arrêt temporaire de la ligne B du tramway. Dans une ambiance bon enfant, la foule s'est dirigée ensuite vers la place Gambetta puis le cours d'Albret, avant de repiquer vers Pey-Berland et la place de la Victoire via le cours Pasteur.

Au plus fort de la manifestation, les organisateurs comptabilisaient 3 000 personnes, soit autant que le 8 décembre, toujours à Bordeaux. Selon la préfecture, ils n'étaient que la moitié. Tout au long du trajet, les partisans du mariage homosexuel se sont époumonés aux cris de « Mariage pour tous, égalité des droits » ou encore « Hollande, si t'es champion, l'égalité c'est pour maintenant ».

« Occuper l'espace public »

Suite à la démonstration de force des opposants au projet de loi Taubira, « il était important d'occuper l'espace public », souligne Paul Vinot, président de la LGP (Lesbian & Gay Pride) de Bordeaux. Comme d'autres responsables associatifs, il dénonce le déchaînement homophobe s'exprimant ouvertement ou de manière insidieuse. En considérant, par exemple, que le combat pour l'égalité face au mariage et à l'adoption constitue une tentative de déstabilisation de l'institution de la famille.

Le collectif entend maintenir la pression sur les parlementaires pour qu'ils aillent plus loin dans le projet de loi actuel. Notamment en ce qui concerne la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes. « Il faut inclure la PMA dans ce texte, et non la reporter dans une prochaine loi sur la famille. »

Stéphanie Croulet, de l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens, s'inquiète sur un autre point : « Le gouvernement vide le projet de sa philosophie première en occultant la reconnaissance de nos enfants et de nos familles. La notion de parenté est remise en cause. D'où la nécessité de maintenir la pression, pour éviter d'en faire une loi au rabais. » Tel sera le sens du message clamé le dimanche 27 janvier à Paris, lors du prochain rassemblement national.

 

Notre association Equality dénonce certaines associations de se mettre trop en avant notamment auprès des médias. Nous aurons souhaité que les manifestants, des particuliers, aient plus droits a la parole plutot que de voir les 3/4 du temps sans cesse des representants des associations, sur internet, dans les journaux ou la television. Une manifestation est reussie aussi grace aux habitants et non uniquement grace aux associations. Nous tenons par ailleurs a remercier en premier ces manifestants qui ont crié haut et fort l'égalité des droits. Merci aussi a tous ceux qui nous ont épaulé, et crié avec notre association Equality, nos slogans "Mariage pour tous, Egalité des droits" " Homos-Heteros Tous Egaux" - Merci a ceux qui ont manifesté en criant des slogans dans le fond du sujet. Nous n'avons pas adhéré du tout aux propos abjects pour repondre a Frigide Barjot, nous ne manifestons pas pour crier des injures, nous manifestons pour faire un porter un message fort pour défendre l'égalité. Nous sommes contre la haine, et nous n'avons pas le droit de repondre la haine par la haine. Enfin pour finir, nous ne sommes pas d'accord que des enfants tiennent des pancartes meme si ce sont pour des causes justes, ne pas inclure les enfants dans les manifestations. Maintenant laissons l'assemblée nationale faire son travail, et rendez vous à Paris le 27 janvier

Une derniere info : Merci de laisser parler integralement une association lors des prises de parole. Ne melangeons pas, conflits entre association, et combats en commun... A méditer. Nous vous mettons ci dessous notre prise de parole dans son intégralité.

 

ASSOCIATION EQUALITY – PRISE DE PAROLES

19 JANVIER 2013 – A LA MANIF DE BORDEAUX

Chers amis, Chers Manifestants

Notre Association Equality se joint au Collectif « Manifestons pour l’égalité » afin qu’ensemble nous portons le projet de loi du mariage et l’adoption pour tous dans la paix, la solidarité et surtout dans un esprit d’égalité.

L'égalité,  c’est la « relation entre deux PERSONNES ne présentant aucune différence de grandeur, ni de qualité ». C’est aussi l'une des trois valeurs de la devise de la République française

 « L'égalité consiste en ce que la loi est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. L'égalité n'admet aucune distinction de naissance, aucune hérédité de pouvoirs. 

D’après l’article premier de la  déclaration universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1948 : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. »

On parle d’égalité sociale qui s'applique aux droits et aux devoirs de l'Homme au regard de la justice. L’égalité sociale est associée à la démocratie. Elle est juridique et politique. Elle inclut des domaines comme le droit de vote, la liberté d'expression, l'accès à l'éducation et aux soins.

On évoque également l’égalité devant la loi ou égalité en droit lorsque tout individu doit être traité de la même façon par la loi. Aucun individu ou groupe d'individus ne doit donc avoir de privilèges garantis par la loi.

La Déclaration universelle des droits de l'homme affirme dans l'article 7 que "Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination."

Puis le Pacte international relatif aux droits civils et politiques évoque l'égalité devant la loi dans l'article 26 que "Tous les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi."

Stop à la discrimination envers la communauté LGBT !!!

L’homophobie reste d’actualité en France où elle est loin d’être un phénomène marginal ; pour preuve : le taux de suicide des jeunes homosexuels est nettement supérieur à celui des hétérosexuels.

L'homosexualité serait soit disant mieux acceptée en France. Et pourtant, les actes homophobes sont en hausse. Ces agressions se manifestent la plupart du temps par des insultes. Dans 19% des cas par du harcèlement et dans 13% des cas par des agressions physiques.

Nous craignons en 2013 une montée de l’homophobie en France au vue des faits que nous avons constatés ces derniers jours. Ne laissons pas gagner cette homophobie, Nous devons ensemble éradiquer toutes formes d’injures homophobes quelle que soit la forme, le support ou le lieu.

Une injure est une parole offensante adressée à une personne dans le but de la blesser délibérément, en cherchant à l'atteindre dans son honneur et sa dignité.

En France, l’injure reste punissable par la loi

Concernant le mariage, quoi que l’on pense de cette institution, il est surtout question ici d’égalité de droits.

On peut constater que même si 56% des français ont beau se déclarer favorables au mariage pour tous et 50% en faveur de l’adoption pour les couples homosexuels, il y a toujours des relents d’homophobie et de transphobie dans l’air.

L’Eglise catholique a pris position contre le projet de loi, et pourtant 52% des Français jugent que l’Eglise n’est pas dans son rôle, 36% pensent qu'elle ne l’est «pas du tout».

Le combat de l'Eglise catholique contre l'ouverture du mariage à tous les couples est un combat d'arrière garde.

L’Église se mêle de ce qui ne la regarde pas. Elle le fait de façon hors la loi, au détriment de celle de la loi de 1905 (La loi de séparation des Églises et de l'État) qui justement tend à séparer la religion du pouvoir législatif et exécutif.

Depuis trop longtemps dans ce pays, les personnes d’une autre orientation sexuelle que la majorité, sont la cible de discrimination.

Les homophobes confondent souvent, délibérément ou non, homosexualité et pédophilie.

Une discrimination est une inégalité de traitement fondée sur un caractère prohibé par la loi, En matière d’homophobie, « toute discrimination opérée entre personnes en raison de leur sexe, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle » ; l’homosexualité est une orientation sexuelle.

Faire un lien entre des perturbations d’enfants et le fait de grandir auprès des couples homosexuels ou lesbiens, relève de la prise de position idéologique

La qualité de l’éducation et l’affection dont les enfants ont besoin, ne dépendent pas du sexe biologique. Des études montrent que les enfants ne sont pas perturbés parce qu’ils vivent avec des parents du même sexe.

D’ailleurs, ce qui peut nuire à l’épanouissement d’un individu est de grandir dans un milieu fermé, replié sur lui-même, quels que soient ses parents.

Que dire de ces familles monoparentales, le plus souvent des femmes avec un enfant, dont le nombre s'élève à plus d'un million : doit-on les forcer à se marier ? Doit-on leur retirer les enfants? Au nom de quoi, de qui, s'opposer à l'ouverture du mariage civil à tous, alors qu'il s'agit d’offrir un droit à ceux qui en sont privés et qui n'en privera pas ceux qui l'ont déjà

Que dire aussi des parents homosexuels et biologiquement parents ?? Leurs enfants sont ils pour autant maltraités, désorientés, déstabilisés, ou dénués de tout sens moral ?? A notre connaissance non !! L’éducation d’un enfant ne se base pas sur la sexualité des parents, mais dans l’amour !!

A l'heure actuelle, la loi n'interdit pas explicitement à des homosexuels d'adopter. Depuis 1966, le code civil permet l'adoption à "deux époux non séparés de corps, mariés depuis plus de deux ans ou âgés l'un et l'autre de plus de vingt-huit ans", mais précise (art. 343.1) que "l'adoption peut être aussi demandée par toute personne âgée de plus de vingt-huit ans". Il est donc juridiquement possible à un célibataire d'adopter. Ce que font quelques dizaines de personnes chaque année. Et la loi ne prend pas en compte la sexualité de l'adoptant. Un couple homosexuel peut tenter d'adopter, mais seulement au nom de l'un des deux conjoints, l'autre ne disposant donc pas de droits sur l'enfant.

Il est par ailleurs impossible pour un couple homosexuel de faire adopter par l'un des deux conjoints l'enfant de l'autre, puisqu'il n'est pas abandonné. Si le pacs a permis la reconnaissance de certains droits pour le conjoint, ce dernier n'obtient pas automatiquement, par exemple, la garde en cas de décès du parent.

Si la loi sur le mariage entre personnes de même sexe est adoptée, elle accordera aux couples homosexuels mariés les mêmes droits que les couples hétérosexuels. Ils pourraient donc adopter en tant que couple et non en étant considérés comme célibataires aux yeux de la loi.

Loi ou non, sans les luttes contre l’homophobie, les mentalités rétrogrades peuvent encore gagner du terrain. Ce n’est qu’en exprimant notre solidarité et en condamnant tout discours et tout acte dévalorisants que nous pourrons les faire disparaître.

Le mariage pour tous, le droit à l’adoption pour les homosexuels et à la procréation médicalement assistée pour les lesbiennes seraient des progrès, et ceci même si l’institution du mariage est en soit facteur de reproduction d’un modèle patriarcal.

En conclusion, faisons simple, Que nous soyons, homos, hétéros, nous sommes avant tout des êtres humains, nous sommes constitués et faits de la même manière, nous avons tous autant le droit de vivre librement et en toute égalité en droit et en dignité.

TEXTE ECRIT PAR LES MEMBRES DU BUREAU - ASSOCIATION EQUALITY - LE 16 JANVIER 2013

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

__________________________________________________________________________________________________________________________________

PageRank Actuel

https://annuaire.laposte.fr/associations/equality-52445471700025/

<a href= »http://www.guide-gay.com » title="Guide Gay" target= »_blank »>Guide Gay</a>

Google+

Annuaire Tchat

Annuaire Association

Annuaire Webradio

Annuaire pour webmaster - Tchat

Annuaire liens durs - Rencontres

Referencement gratuit - formation java j2ee lyon - avis sur archos - activité pour enfants
visitez maupiti l authentique - photographe mariage toulouse - chien de terre neuve - tchatche

 

 CopyrightFrance.com