Quantcast

FacebookTwitterGooglePlusFluxRSSInstagramLinkedin

Notre Blog SkyrockWordPressDailymotionYouTubeSnapchatBlued

 
 

 

08 MARS 2012 - BAYROU SUR FRANCE 2

08 MARS 2012 –

Sur France 2, Bayrou se pose en candidat de second tour

PRESIDENTIELLE - Le candidat centriste, invité de l'émission «Des paroles et des actes», a invité Dominique de Villepin à le rejoindre et détaillé ses mesures économiques...

François Bayrou n'en démord pas: il sera bien au second tour de l'élection présidentielle d'avril-mai. Invité de l'émission «Des paroles et des actes», sur France 2, le candidat centriste a une nouvelle fois exprimé sa confiance dans son avenir présidentiel, estimant que les sondages actuels, qui le créditent de 12 à 15% d'intention de votes, constituaient «un bon socle».

Logiquement, François Bayrou s'est donc refusé à donner une consigne de vote pour le second tour, dans l'hypothèse où il serait éliminé dès le premier. Interrogé sur son avenir, dans le cas où il devrait pourtant assister au débat télévisé entre les deux finalistes de son salon, le président du MoDem a expliqué qu'il n'envisageait pas, comme Nicolas Sarkozy, de se retirer de la vie politique. «Certainement pas», a-t-il lancé, en expliquant avoir eu l'impression que le candidat président préparait «sa sortie».

Il tend la main à Villepin, qui la refuse

Dans son désir de rassembler avant le scrutin, François Bayrou a renouvelé son invite à Dominique de Villepin, faisant valoir des «points de rencontre» entre leurs «convictions». «J'affirme qu'il y a de la place dans l'effort et dans l'élan que nous avons à créer pour des différences de sensibilités et de personnalités», a insisté le député béarnais. «Après, c'est à Dominique de Villepin de prendre ses décisions, c'est un homme ombrageux, et je ne vais pas lui en faire le reproche, moi-même je le suis suffisamment», a poursuivi l’ancien ministre.

«Je suis en effet quelqu'un qui ne se rallie pas facilement et probablement lui non plus», a-t-il poursuivi. Une confession qui a pris des allures de prophétie quand, quelques minutes plus tard, Dominique de Villepin a posté sur Twitter ce message très clair: «Le ralliement ne fait pas partie de mon programme. Le ralliement ne fait pas partie de mon tempérament.»

DominiquedeVillepin

@Villepin

Le ralliement ne fait pas partie de mon programme. Le ralliement ne fait pas partie de mon tempérament.

Le gel des dépenses publiques pendant deux ans

Durant les deux heures trente de discussion et de débat (avec Manuel Valls), François Bayrou a également pris le temps de détailler les mesures qu’il envisage pour réaliser 100 milliards d'euros d'économies et diminuer la dette de la France, l'une des priorités de son programme. Le président du MoDem a ainsi annoncé qu'il supprimerait «la défiscalisation des heures supplémentaires», instaurée en 2007 à l'initiative de Nicolas Sarkozy. Le candidat centriste a chiffré à 1,8 milliard d'euros le gain de cette mesure.

Listant les niches fiscales qu'il supprimerait, François Bayrou a aussi cité «la niche Copé», qui exonère d'impôt les plus-values réalisées par une entreprise lors de la vente d'une filiale, qu'il a chiffré à 6 milliards d'euros. Le Béarnais s'est aussi prononcé pour la réduction «d'une niche très peu identifiée», la déductibilité des emprunts en cas de LBO (leverage buy out, rachat d'une entreprise à crédit par l'endettement). Ces trois mesures rapporteraient «une petite dizaine de milliards d'euros», et quelque dix autres milliards d'euros seront obtenus par «un rabot» de 15% sur l'ensemble des autres niches fiscales.

Le leader centriste a ensuite rappelé son intention de ne pas augmenter l'ensemble des dépenses publiques pendant deux ans, sans pour autant geler le salaire des fonctionnaires.

«Je pense même que le travail est sous-payé en France»

Interrogé ensuite sur le maintien du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, instauré par Nicolas Sarkozy, François Bayrou a expliqué qu'il n'appliquerait pas cette mesure «à l'aveugle». «Mais je pense qu'un poste sur trois, c'est possible», a-t-il dit. Concernant le redressement de la production française, son cheval de bataille, François Bayrou a plaidé pour le retour «à une stratégie nationale de production», citant en exemple la réussite d'Airbus. Le leader centriste a en revanche dit «ne pas croire que la France avait un problème de coût du travail». «Je pense même que le travail est sous-payé en France», a-t-il lancé.

Ces prochains jours, nul doute que François Bayrou devrait garder un œil attentif sur les sondages. Car après un prime-time plutôt réussi ce jeudi soir, il est en droit d’espérer un petit frémissement dans une opinion semble-t-il moins convaincue par son programme qu’en 2007. Pour le moment, la majorité des sondages le créditent de 12 à 15%. Bien loin de son score de 18,57% au premier tour de la dernière présidentielle.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

__________________________________________________________________________________________________________________________________

PageRank Actuel

https://annuaire.laposte.fr/associations/equality-52445471700025/

<a href= »http://www.guide-gay.com » title="Guide Gay" target= »_blank »>Guide Gay</a>

Google+

Annuaire Tchat

Annuaire Association

Annuaire Webradio

Annuaire pour webmaster - Tchat

Annuaire liens durs - Rencontres

Referencement gratuit - formation java j2ee lyon - avis sur archos - activité pour enfants
visitez maupiti l authentique - photographe mariage toulouse - chien de terre neuve - tchatche

 

 CopyrightFrance.com