Quantcast

FacebookTwitterGooglePlusFluxRSSInstagramLinkedin

Notre Blog SkyrockWordPressDailymotionYouTubeSnapchatBlued

 
 

 

02 NOVEMBRE 2012 - BILAN OBAMA 2008-2012, MITIGE

02 NOVEMBRE 2012 –

BILAN BARACK OBAMA DES 4 ANS, 2008-2012

PEUT MIEUX FAIRE

A quelques semaines de la présidentielle américaine, les critiques fusent à l’encontre du président sortant Barack Obama. Face au pessimisme de ses adversaires républicains, quel est le vrai bilan d’Obama ? L’homme du « Yes we can » (oui nous le pouvons, ndlr) avait soulevé un vent d’espoir lors de son élection en 2008. Après les promesses, il doit aujourd’hui répondre de ses actes face aux électeurs.

Emploi

En dépit d’une lente reprise ces derniers mois, le taux de chômage a atteint des records sous le mandat d’Obama,  jusqu’à 10% en octobre 2009. Selon les derniers chiffres publiés pas le gouvernement américain, en août 2012, il atteignait encore 8,1% soit 12,5 millions de personnes qui étaient sans emploi.

Après avoir engendré plus de 200 000 emplois en moyenne par mois entre décembre 2011 et février 2012, l’économie américaine n’en crée plus que 96 000 en août . Insuffisant selon le président de la FED, Ben Bernanke qui estime qu’au moins 110 000 créations d’emplois par mois sont nécessaires.

 

Santé

Sa plus grande réussite qualifiée d’historique par certains, c’est la réforme du système de santé ou Affordable Care Act ou Obamacare. Il lui aura fallu le temps de son mandat pour que la Cour Suprême l’adopte à 5 voix contre 4 le 28 juin 2012.

Grâce à cette réforme, tous les Américains sauf exceptions devront se doter d’une assurance maladie sous peine d’amende dès 2014. L’Obamacare fournira une couverture santé à 32 millions d’Américains qui en sont aujourd'hui dépourvus.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de la réforme de santé, un article de Rue 89 à lire.

 

Relations internationales

Irak : Face à l’enlisement de ce conflit, Barack Obama opte pour le retrait complet des troupes américaines. Les derniers militaires ont quitté le sol irakien le 15 décembre 2011.

Afghanistan : Au début de son mandat, Obama envoit des renforts militaires sur place, puis il annonce la date de retrait définitif des troupes pour 2014.

Iran : Après avoir tenté de mener la politique du dialogue avec Téhéran, l’Administration Obama se range derrière la politique de sanction défendue par les Européens, et refuse pour l'heure, de suivre les menaces militaires israéliennes.

Printemps arabes : L'Administration Obama reste spectatrice des mouvements révolutionnaires qui enflamment l’Égypte et la Tunisie.

Asie : Les États-Unis renforcent leur présence en Asie en multipliant les accords bilatéraux dans cette région et en installant prochainement une base militaire en Australie. Même si la Chine reste l'un des plus grand détenteur de la dette américaine, Obama a récemment déposé une nouvelle plainte devant l'OMC contre l'Empire du milieu suite à des conflits commerciaux.

Russie : En avril 2010, Obama signe le nouveau traité Start à Prague qui prévoit une réduction des arsenaux nucléaires des deux pays.

 

Économie : quel bilan pour Obama ?

Dette : Elle continue de se creuser et dépasse aujourd'hui les 16 000 milliards de dollars.

Obama a pourtant essayé de relancer l'économie du pays en faisant adopter par le Sénat un plan de près de 800 milliards de dollars pour sauver l’emploi ainsi que l’industrie automobile.

Ce secteur a été redressé grâce à un plan de 80 milliards de dollars sauvant les constructeurs General Motors (GM) et Chrysler contraints de déposer le bilan en 2009.
GM a pu reprendre sa place de numéro 1 mondial de l’automobile.

Finance :
Grâce à la loi Dodd-Franck, Barack Obama veut accroître le contrôle des autorités sur le système financier et instaurer une plus grande transparence des transactions. Votée en 2010, elle peine a entrer en application.


Immobilier : Le secteur connaît une reprise du marché ces derniers mois. Depuis la crise des subprimes, l’immobilier va mieux. La chute des prix du logement est enrayée. Aujourd’hui, le prix médians est de 187 400 dollars  soit  9,5% qu’en août 2011.

SUR LE CHÔMAGE

• La situation dans laquelle il a trouvé le pays. En novembre 2008, le taux de chômage s'élevait à 6,5 % de la population active selon l'OIT, soit 1,3% de plus qu'un an plus tôt. Il a atteint les 8% en janvier 2009, lors de l'entrée à la Maison-Blanche de Barack Obama.

• Le bilan. Le bilan de l'administration démocrate n'a rien de glorieux non plus. Le chômage n'est passé en dessous de la barre des 8% qu'un seul mois dans tout le mandat. Or cette barre n'avait été atteinte que deux fois depuis 1947, en 1974 et en 1982. Un pic de 10,2% a même été franchi en octobre 2009, du jamais vu depuis les années 30. Toutefois, l'administration Obama a le mérite d'avoir réussi à stopper l'hémorragie et à inverser la tendance. En septembre 2012, le chômage est enfin redescendu sous la barre des 8%, à 7,8%. Mais il a de nouveau augmenté de 0,1% en octobre. Et il reste toujours considéré comme à "niveau de crise", le seuil "normal" étant de 5%.

 

SUR LA CROISSANCE

• La situation dans laquelle il a trouvé le pays. Obama est arrivé au pouvoir alors que les États-Unis subissaient la plus grave récession depuis 1929. Le PIB, de 2007 à 2009, est passé de plus de 13,2 milliers de milliards de dollars à moins de 12,8.

• Le bilan. L'équipe démocrate fraichement arrivée au pouvoir ambitionnait de faire bondir le PIB de 3,2 % dès 2010, puis de 4 % et 4,6 % les années suivantes. Mais tout ne s'est pas vraiment passé comme prévu. La croissance était bien au rendez-vous dès 2010, mais à seulement 3%. Elle a ensuite stagné à 1,7 % en 2011. Et les analystes ne prévoient pas plus de 2 % cette année.

SUR LE POUVOIR D'ACHAT

• La situation dans laquelle il a trouvé le pays. Contrairement aux autres indicateurs, celui du pouvoir d'achat était encore relativement bon lorsque Barack Obama a pris les rênes. L'indice de base du revenu médian des ménages était de 100 lors de son arrivée à la Maison-Blanche, soit un revenu de 55.000 dollars par an et par ménage. L'indice avait pris quatre points depuis 2006.

• Le bilan. Entre janvier 2009 et mars 2012, l'indice a perdu huit points. Le revenu médian par foyer est passé de 55.000 dollars par an en janvier 2009 à 50.000 en 2011, avant de remonter à 51.000 dollars en juin 2012. Le taux de pauvreté a, quant à lui, atteint 15%, au plus haut depuis vingt ans.

 

SUR LA DETTE

• La situation dans laquelle il a trouvé le pays. George Bush avait fait passer la dette publique de 5 700 milliards de dollars à 10 600 milliards en huit ans, soit un bond de 85 %.

• Le bilan. Le trou n'a cessé de se creuser, et ce de manière abyssale. La dette des États-Unis atteint aujourd'hui 16.000 milliards de dollars, soit 51 % d'augmentation en quatre ans. Il faut dire que l'administration Obama a entamé son mandat par un plan de relance de 780 milliards de dollars, répartis entre allégements fiscaux et en investissement dans la recherche, la santé ou les énergies propres.

Et comme le détaille le Monde, la Réserve fédérale et le Trésor ont également racheté jusqu'à 2 000 milliards de titres de dette "pourrie". Et devant la faiblesse de la reprise, la Fed a encore annoncé en septembre un nouveau plan, comprenant des acquisitions de titres défectueux au rythme de 40 milliards de dollars par mois sans limite de temps, jusqu'à ce que "la perspective du marché du travail s'améliore", détaille le quotidien du soir.

 

Lutte anti-terrorisme

Oussama Ben Laden : Obama restera la président qui a vaincu le numéro Un du réseau terroriste Al-Qaïda. Après dix ans de traque, la mort de Ben Laden est annoncée le 1er mai 2011.

Guantanamo
: La fermeture de ce centre de détention fait partie des promesses non tenues d’Obama. Dix ans après son ouverture,167 détenus sont encore enfermés à Guantanamo.


Torture : Obama défend le décret du 22 janvier 2009 qui interdit tout recours à la torture par les forces américaines notamment la pratique du "water boarding" ou simulation de noyade. Le président décide aussi de fermer les prisons secrètes de la CIA .

 

Image et communication

C’est un fait, Barack Obama maîtrise parfaitement sa communication. Avec sa femme Michelle ou leurs deux filles, ils forment une famille charismatique dont on se ferait bien des amis.

A bord d’Air force 1, sur le terrain de basket de la Maison blanche, Obama véhicule toujours l'image d'un président accessible. En 2009, quelques jours après sa prise de fonction, on le voit saluer un homme de ménage dans les couloirs de la Maison Blanche. Récemment, un pizzaïolo le prend dans ses bras et c’est le buzz assuré sur la toile.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

__________________________________________________________________________________________________________________________________

PageRank Actuel

https://annuaire.laposte.fr/associations/equality-52445471700025/

<a href= »http://www.guide-gay.com » title="Guide Gay" target= »_blank »>Guide Gay</a>

Google+

Annuaire Tchat

Annuaire Association

Annuaire Webradio

Annuaire pour webmaster - Tchat

Annuaire liens durs - Rencontres

Referencement gratuit - formation java j2ee lyon - avis sur archos - activité pour enfants
visitez maupiti l authentique - photographe mariage toulouse - chien de terre neuve - tchatche

 

 CopyrightFrance.com