Quantcast

FacebookTwitterGooglePlusFluxRSSInstagramLinkedin

Notre Blog SkyrockWordPressDailymotionYouTubeSnapchatBlued

 
 

 

02 MAI 2012 - DEBAT SARKOZY-HOLLANDE EN DETAIL

02 MAI 2012 –

DEBAT SARKOZY-HOLLANDE

EN DETAIL - RETRANSCRIPTION

21h : le débat commence avec Laurence Ferrari et David Pujadas à la présentation, qui passent en revue les sujets qui seront évoqués par les deux candidats.

21h01 : Première question aux candidats sur leur état d'esprit.

21h02 : François Hollande répond le 1er : "Je serai le président de la justice, parce que nous traversons une crise grave, dure, qui frappe notamment les plus modestes, les plus travailleurs, ceux qui sont les plus exposés. Et donc je veux que la justice soit au cœur de toutes les décisions publiques. Les privilégiés ont trop été protégés. Et donc ce sera la justice fiscale, la justice sociale, la justice territoriale qui aspirera mon action. Je serai aussi le président du redressement, la France a décroché, le chômage est à un niveau historique, la compétitivité s’est dégradée, et donc je veux être le président qui redressera la production, l’emploi, la croissance, ce sera un effort très long qui appellera la mobilisation de tous. Et c’est pourquoi je veux être aussi le président du rassemblement. Pendant trop d’années, les français ont été opposés, divisés, et donc je veux les réunir car je considère que c’est toutes les forces de la France dont nous avons besoin, et c’est ainsi que reviendra la confiance, la confiance à l’égard d’un président, à l’égard d’un politique, d’une vision, d’une idée de nous-mêmes, qui permet de repartir de l’avant, c’est le sens du changement que je propose"

21h04 : Sarkozy rétorque tout de suite : "j’ai écouté Monsieur Hollande, c'est assez classique ce qu’il a dit. Ce que j’attends du débat c’est que tous ceux qui nous regardent se fassent une idée à la fin du débat. Je veux que ce soir soit un moment d’authenticité où chacun donne sa vérité et que les français en liberté choisissent, pas avec des formules creuses, pas avec des propos entendus. Ce soir, c'est un choix historique, les français n’ont pas droit à l’erreur. Nous ne sommes pas dans une crise Monsieur Hollande mais des crises.". Le rassemblement c'est un très beau mot, il faut y mettre des faits, le rassemblement c’est quand on parle aux peuples de France, à tous les français, je ne suis pas l’homme d’un parti, je ne parle pas à la Gauche. Notre défi c’est être vrai".

21h05 : Le candidat socialiste critique le bilan de son concurrent, qui a "divisé les Français". Les Français apprécieront à partir de votre bilan, et à partir de mes propositions."

21h15 : après une passe d'armes de près d'un quart d'heure, le premier thème est abordé : l'économie, et plus précisément le chômage.

21h15 : Hollande sur le chômage : « Le chômage a augmenté si l’on prend l’ensemble des personnes inscrites, d’un million. C’est un record. Nicolas Sarkozy, vous aviez dit en 2007, que 'si le chômage ne tombe pas à 5% de la population active, c'est un échec', et c'est un échec. Le chômage a plus augmenté en France qu’il n’a augmenté en Allemagne qui sont à 6,5% de la population active, nous sommes à 10%. Mes solutions, Il faut de la croissance et j’y reviendrais autant en Europe qu’en France. Il faut de la production, la première exigence est de relancer la production dans notre pays car l’industrie a été abandonnée (400000 emplois ont été perdus)… Ce sont les séniors qui sont les plus affectés par le chômage, ce sont eux les premières victimes des plans sociaux, et les jeunes qui ne parviennent pas eux à rentrer avec un CDI dans une entreprise, donc la proposition que j’ai faite, c’est que l’employeur qui gardera le senior le temps qu’il puisse partir à la retraite et qui embauche un jeune avec un CDI, cet employeur-là ne paiera plus de cotisations sociales sur les 2 emplois (celui du sénior, celui du jeune) »

21h18 : Sarkozy sur le chômage : « Vos chiffres, Monsieur Hollande, ils sont faux. D’après le BIT, le chômage a augmenté de 422000 de 2007 à 2011, ce qui est trop. C'est-à-dire une augmentation de 18,7%. Sur la même période, de 35% en Italie, de 60% en Angleterre, de 191% en Espagne après 7 années de socialisme, de 103% aux Etats Unis. En Europe, en moyenne, le double de la France. Nous avons un taux de chômage qui a augmenté 2 fois moins que nos partenaires européens. Il est vrai qu’en Allemagne il a moins augmenté. Un mot sur vos propositions, vous allez créer une banque publique, c’est formidable elle existe déjà, une promesse que vous n’aurez pas de mal à tenir puisque je l’ai déjà faite. Sur le contrat de génération, voila donc que vous allez mobiliser des fonds publics pour exonérer une cotisation sociale patronale, des emplois qui existent. Pourquoi faire des impôts et exonérer de cotisation, un emploi qui est déjà créé dans une entreprise qui fonctionne. Mes solutions, pour l’avenir, premièrement il y a gigantesque cout du travail, il faut que le travail qui se délocalise ne se délocalise plus, pour cela il faut alléger le cout du travail, j’ai donc proposé d’exonérer toutes les entreprises des 5,4% des prestations familiales pour que le travail coute moins cher, j’avais fait la même chose avec la taxe professionnelle qui n’existait plus qu’en France, nous l’avons supprimé. Deuxième remarque, un gigantesque effort de formation, pour que les chomeurs soient formés aujourd’hui pour les emplois de demain et pas pour les emplois d’hier. Troisieme element, l’innovation dans toutes nos entreprises

21h23 : Réponse de Mr Hollande : « Est-ce que je dois vous rappeler Monsieur Sarkozy que vous etes au pouvoir depuis 10 ans (5 ans de présidence + 5 ans ministres sous Chirac dont une partie dans l’economie et les finances). Resultat ; jamais notre compétitivité n’a été aussi déséquilibré. 70 milliards d’euros. J’ai regardé votre proposition sur la TVA sociale, 13 milliards d’euros, qui va d’ailleurs être prélevé sur tous les français, 300 euros de moins sur leur pouvoir d’achat. Ce qui va dégrader la croissance. Enfin sur la formation, on est tous d’accord sur la formation, seulement 10% se voient proposé d’etre en formation, il est bien temps, qu’avez-vous fait depuis 5 ans à proposer sans formation et sans qualification

21h26 : Réponse de Sarkozy : « Pourquoi l’Allemagne a fait mieux que nous ?? Est ce qu’elle a fait les 35 heures ? L’Allemagne a fait le contraire de la politique que vous proposez aux français. Ils ont fait la TVA anti délocalisation que je propose, 3 points, vous la refusez. Et le deuxième point c’est la règle d’or que vous refusez. Troisième point, elle fait les accords de compétitivité emploi que vous refusez. L’Allemagne que vous citez comme exemple pour accabler mon bilan Monsieur Hollande fait le contraire de la politique que vous proposez aux français, pour moi l’exemple à suivre est celui de l’Allemagne, que celui de la Grèce ou de L’Espagne. Je crains que cet argument se retourne violemment contre vous. »

21h30 : Hollande à Sarkozy "Avec vous c’est très simple, ce n'est jamais de votre faute. Vous avez toujours un bouc émissaire. Là vous avez dit ce sont les régions, ce n’est pas moi, la formation je n’y peux rien, sur le chômage ce n’est pas moi c’est la crise qui nous a frappé, sur l’Allemagne qu’est-ce que vous voulez j’ai mis 5 ans avant de comprendre quel était le modèle allemand, avant j’avais le modèle anglo-saxon… Ce n’est jamais de votre faute !! Vous aviez dit 5% de chômage c’est 10% de taux de chômage. Ce n’est pas de votre faute, c’est la faute à la crise, jamais vous !! "

21h33 : Réponse de Sarkozy : « J’ai toujours assumé mes responsabilités et c’est normal quand on est président de la République, si la taxe anti délocalisation était une si mauvaise idée, on se demande alors pourquoi votre porte-parole Emmanuel Walls en a fait sa campagne principale aux primaires socialistes, qui pourtant a dit que la taxe de délocalisation était la solution et il avait raison

21h37 : Réponse de Hollande : "Quoiqu'il arrive, vous êtes contents de vous"

21h37 : Réponse "C'est un mensonge, le fait que je suis toujours content", répond N.Sarkozy. "Je ne suis pas venu ici pour me faire traiter de menteur", s'emporte F.Hollande.

21h38 : Monsieur Sarkozy : « Le seul pays au Monde à ne pas avoir connu de restriction depuis 2009, c’est la France. Aucun pays dans le monde a fait mieux en terme de croissance.

21h38 : Réponse de Hollande : « Les Etats unis ont fait mieux en terme de croissance, l’Allemagne a fait aussi mieux avec 3%. La France ne s’est pas donc tirée mieux que les autres »

21h41 : Proposition de Hollande, Pouvoir d’achat : « Faire en sorte que les salaires puissent être liés à la croissance. Le SMIC sera indexé non seulement sur les prix mais sur une part de la croissance. Chaque fois que la croissance s’élèvera, le SMIC sera réajusté. Deuxièmement, les citoyens vivent avec le prix du l’electricité, du gaz, de l’eau très élevés, et donc j’instaurerai un forfait de base, les consommateurs jusqu'à un certain niveau paieront le meme tarif, et ensuite selon leur propre consommation ils paieront un tarif supérieur. Il y aura pendant 3 mois un blocage du prix de l’essence et l’instauration de la TIPP flottante, c'est-à-dire que l’Etat ne gagnera pas un seul centime sur le prix du carburant. Enfin j’augmenterai de 25% l’allocation de rentrée scolaire dès cet été

21h43 : Proposition de Sarkozy, Pouvoir d’achat : « Nous avons financé 180 millions d’heures de chômages partiels. La première chose que nous avons faite c’est les heures supplémentaires, 9 millions de salariés ont touché des heures supplémentaires l’année dernière malgré la crise sans payer d’impôt dessus et avec 500 euros de pouvoir d’achat en plus. 53% des ouvriers ont touché ces heures supplémentaires. Vous pensez aux smic, seulement 15% touchent le SMIC, que faites-vous des 85% restants ? Les heures supplémentaires ont augmenté le pouvoir d’achat alors que l’une des mesures de François Hollande est de supprimer cela, on se demande pourquoi. Dernière chose, tarif gaz et electricité, voila maintenant qu’on va payer son electricité en fonction de son impôt sur le revenu..  (Monsieur Hollande conteste M.Sarkozy que c’est sur la consommation uniquement et uniquement sur les ménages)… Ensuite sur le blocage des prix de l’essence, alors la on est stupéfait, mais vous allez bloquer quoi ? Vous n’allez pas bloquer le baril de Bren que vous avez acheté. 2 centimes de moins sur le litre d’essence c’est 1 milliard d’euros de déficit en plus, est ce que ca vaut la peine ?

21h51 : Réponse de Hollande : « Le prix du gaz a augmenté de 60% pour les consommateurs et l’electricité a augmenté de 20% et il est prévu qu’elle augmente encore de 30% dans la loi que vous avez fait voter qui s’appelle la loi NOME. »

21h52 : Hollande sur la dette publique : "La dette publique a augmenté de 600 milliards d'euros depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Et si je fais le compte de la dette publique depuis 2002, 900 milliards d’euros. Elle était de 900 milliards en 2002, elle est donc passée 1800 milliards, le double. Voilà la responsabilité d'une équipe sortante depuis 10 ans. A part le budget de l’éducation que je mets de côté, le premier budget du pays c’est celui des intérêts de la dette. Bien sûr qu’il faut arrêter ce processus, ca dépend pas de la crise. Le vote du paquet fiscal que vous avez fait, qui a dégradé les comptes publics, puis après la crise s’est rajoutée, mais en fait cette dette publique que nous avons, que nous allons honorer parce que nous allons prendre en charge effectivement ce qu’est votre héritage, et bien cette dette publique elle est née à la fois de vos largesses fiscales pour les plus favorisés et en même temps de cette incapacité qui est la vôtre de maitriser la dépense publique. Alors comment réduire cette dette ?? Nous avons une obligation qui est en 2017, et je l’ai souscrite cette obligation, de rétablir les comptes publics, c'est-à-dire d’avoir un équilibre, 5 ans, ca représente 90 milliards d’efforts. Nous ferons 40 milliards de prélèvements supplémentaires, et 50 milliards d’économie, sur la dépense. Sur les recettes supplémentaires, sur les seuls ménages, ca sera uniquement sur les plus hauts revenus et les plus grandes fortunes. Les niches fiscales seront plafonnées à 10000 euros. Enfin, il y aura une tranche supérieure de 50000 euros par parts qui sera de 45% au lieu de 41%. L’équivalent de 13 milliards d’euros correspondant à la TVA sociale, seront prélevés par les ménages les plus aisés".

21h56 : Réponse Nicolas Sarkozy : "Le déficit depuis 2007 n’a pas augmenté de 600 milliards mais de 500 milliards, première erreur. Que dit le rapport de la cour des comptes ? Sur les 500 milliards, il y en a 250 qui sont de notre déficit structurel, c'est-à-dire le produit de 38 années de déficit budgétaire annuel. 200 milliards, dit la cour des comptes, viennent s’ajouter qui sont le produit de la crise. En 2009, les recettes de l’impot des bénéfices de la France ont chuté du jour au lendemain de 25% et que nous avons garanti de 100 milliards de transfert de l’Etat vers les collectivités territoriales, la stricte égalité d’une année à l’autre. Ensuite venons-en aux faits, vous dites que vous allez faire des économies, ah bon ?". Comment se fait-il que nous ne soyez pas d’accord avec la réduction du nombres de fonctionnaires qui pèsent pour la moitié du budget de la nation ?Et que seul en Europe, vous avez proposé d’en créer 61000 de plus ? Deuxième élément, la réforme des retraites que nous avons mis en œuvre et que vous avez contesté, réduit de 20 milliards le déficit de l’assurance vieillesse, et vous considérez en plus qu’il faut revenir sur cette réforme car vous contestez l’allongement de la durée de la vie, et vous allez augmenter de 0,5 point les cotisations payées par les salariés, ce qui va miner leur pouvoir d’achat

21h58 : Le ton monte entre les deux candidats, Nicolas Sarkozy accuse François Hollande de mensonge et de calomnie

21h59 : Nicolas Sarkozy dit : « La France est le seul pays d’Europe à garder l’impôt sur la fortune. Vous venez de dire que je l’ai supprimé. Et la réforme de l’impôt sur la fortune que j’ai faite, je l’ai conduite intégralement financé par les plus fortunés puisque ca a été financé par une augmentation des droits de succession, payé par les plus hautes fortunes de 40 à 45%. Allez dire Monsieur Hollande qu’il n’y a plus d’impôt sur la fortune, que nous avons fait des cadeaux aux riches, c’est une calomnie, c’est un mensonge !! »

22h00 : Francois Hollande répond : « Oui ca me fait rire, puisque là vous ajoutez maintenant la calomnie au mensonge, vous n’êtes même pas capable de tenir un raisonnement sans être désagréable avec votre interlocuteur. Après vous dites que vous êtes un président, rassembleur, c’est ça que vous aviez dit, le mot tout à l’heure »

22h01 : Sarkozy, sur le paquet fiscal : « L’impôt sur la fortune, nous sommes le seul pays d’Europe à l’avoir gardé. Je ne l’ai pas supprimé car j’estime qu’en période de crise, il est normal que ceux qui gagnent davantage payent davantage. Deuxièmement, la réforme que nous avons fait est intégralement financé par l’augmentation des prélèvements sur les revenus. Dernier point sur le paquet fiscal, 93% du paquet fiscal c’est pour les classes populaires et les classes moyennes.

22h02 : François Hollande à Sarkozy : « Vous avez été capable donc, de faire ce paquet fiscal, le bouclier fiscal, et donc de permettre que des plus fortunés contribuables reçoivent un chèque du trésor public, chaque année. (…) Et bien moi la politique que je recommande, c’est que les plus grandes fortunes fassent des chèques au trésor public, ça s’appelle la justice fiscale !!

22h04 : Hollande sur l’enseignement et retraite : « J’ai pris un engagement de proposer 12000 emplois par an, pour l’enseignement, c'est-à-dire pour les professeurs, mais aussi les assistantes sociales, les infirmières scolaires, les surveillants, ça représente 500 millions d’euros par an et à la fin 2 milliards d’euros qui doivent être mis en comparaison avec l’allègement de l’impôt sur la fortune, que vous, vous avez accordé. Et bien voila une différence entre vous et moi. Moi je protège les enfants de la République, vous, vous protégez les plus privilégiés, c’est votre droit. Enfin sur la question des retraites, vous avez fait une réforme qui d’ailleurs ne sera plus financé à partir de 2017-2018, elle a ses lourdeurs et ses injustices »

22h07 : Sarkozy répond : « La France est le pays d’Europe avec la Suède qui a les impôts les plus lourds. Est-ce que vous avez conscience qu’on est dans un monde ouvert, il y a une différence entre nous, vous voulez moins de riches, moi je veux moins de pauvres »

22h11 : Sarkozy ajoute : « Monsieur Hollande, face à la crise, j’ai du prendre des décisions pour renforcer l’imposition des plus riches. J’ai aligné les revenus de fiscalité sur les revenus du travail. Revenons sur l’éducation nationale, 1990-2011, 540000 enfants en moins dans l’éducation nationale, le nombre de professeurs a augmenté de 34000, 12 millions d’enfants scolarisés dans nos écoles, 1 million d’adultes. Nous avons le taux d’encadrement le plus élevé de l’OCDE. Le problème, est un problème de qualité, il faut augmenter la rémunération des enseignants, et si on doit augmenter leurs rémunérations, on doit diminuer leur nombre. Moins d’enseignants, mieux payés, mieux formés, ayant 26 heures d’obligation de services au lieu de 18 heures. Votre proposition de 61000 créations de postes ne règlera rien, au contraire »

22h14 : Hollande sur la police : « Les policiers je veux augmenter leur nombre, puisque vous avez supprimé 12000 postes (polices et gendarmes) durant votre quinquennat. Vous vous étonnez après qu’il y a de la colère

22h16 : Hollande poursuit : « Nous avons perdu l’attractivité de l’école maternelle, seulement 10% des moins de 3 ans sont scolarisés en maternelle, c’était 36% il y a 10 ans. Pour les primaires, nous avons le taux d’encadrement le plus faible »

22h20 : Hollande sur la zone euro : « D’abord la crise de la zone euro, ca fait maintenant près de 3 ans qu’elle est ouverte, et il y a eu beaucoup de retards qui ont été pris, et on l’a payé très cher. Au départ c’était la Grèce, et ca s’est diffusé à l’ensemble de la zone euro par effet de ricochets, et nous en payons les conséquences. La France a été elle-même dégradée. Il a été signé un pacte budgétaire c’était a la fin de l’année 2011 qui instaure des disciplines, des sanctions pour les pays qui ne respectent pas les disciplines. Il y a nécessité de nous remettre dans les clous pour réduire nos déficits mais là ou je conteste, c’est qu’il n’y a aucune dimension de croissance. Ce qui fait qu’on impose à des pays l’austérité généralisée, nous serions condamnés pour toujours à l’austérité sans d’ailleurs que le niveau des déficits recule, parce que si il n’y a pas de croissance, il n’y a pas de recettes supplémentaires, et si il n’y a pas de recettes supplémentaires, les déficits ne peuvent pas être réduits. Donc j’ai proposé un programme en 4 points pour la relance de la croissance : Premier point, pouvoir créer des euros-bonds, deuxième point mobiliser la banque européenne d’investissement, augmenter son capital et faire en sorte de financer l’innovation, la recherche. Troisième Point, mobiliser les fonds structurels qui sont aujourd’hui inutilisés. Et quatrième point, créer une taxe sur les transactions financières d’un certain niveau. Pour finir, la banque centrale européenne, on a une banque qui prête sans limite aux banques, un taux d’intérêt de 1% et qui en définitive ces banques sont laissées seules. La banque obtient un crédit de la banque centrale de 1% et la prête à 6%, je refuse »

22h25 : Sarkozy répond : « Monsieur Hollande parle d’une France qui a été dégradée. La France n’a jamais emprunté aussi peu cher qu’elle a emprunté aujourd’hui. Nous empruntons moins de 3%. Ma gestion ne doit pas être si désastreuse que ça parce que le même jour dans les mêmes conditions, l’Espagne emprunte au double. Deuxième point, la croissance ne peut pas être échangée contre la réduction de nos déficits de nos dépenses et de notre endettement. Et personne en Europe le conteste. Si on veut être indépendants des marchés financiers et des banques, mieux vaut ne pas avoir des sommes colossales à rembourser. La France en 2011, a promis 5,7% de déficit, nous en sommes à 5,2% grâce aux efforts des français on a fait mieux, l’Espagne a promis 6% ils en sont à 8%, la sanction est immédiate. Les euros-bonds je n’en veux pas. Nous avons évité la disparition de la Grèce, nous avons évité l’implosion de l’euro, travaillé sur le couple franco-allemand. L'Europe s'en est sortie, et c'est très heureux pour nous et pour les Européens"

22h30 : François Hollande : "L'Europe ne s'en est pas sortie, elle est aujourd’hui confrontée à une possible résurgence de la crise, avec une austérité généralisée, et je ne la veux pas"

22h32 : Sarkozy répond : « D’abord Monsieur Hollande connait mal l’Europe, il y a des compromis à faire. Deuxièmement, l’austérité je ne l’ai pas voulu en France, les pensions de retraites ont été actualisées, les bourses des étudiants nous avons passé à 10 mois, les allocations chômages nous les avons pas baissées, où l’austérité a frappé Monsieur Hollande ?

22h33 : François Hollande critique le bilan européen de Nicolas Sarkozy : « Par rapport à l’Allemagne, vous n’avez pas tenu bon ! Vous n’avez rien obtenu ! Et par ailleurs vous me dites : moi je suis un héritier de delors et de Jean Monnet, c’est vous qui menacez de suspendre votre participation à certaines négociations si vous n’obtenez pas satisfaction ? Deuxièmement vous avez toujours la volonté de nous ramener à l’Espagne à la Grèce, je rappelle une chose pour la Grèce, que Papandreou quoi qu’on puisse penser, a hérité d’un gouvernement conservateur. Le pays qui va aussi très mal c’est l’Italie qui a été gouverné par un de vos amis, Silvio Berlusconi, pendant des années. Il y a eu une Europe qui n’a pas été au rendez-vous, et donc mon devoir si je deviens le prochain président de la République, c’est de donner une autre orientation de l’Europe que celle que vous avez subi »

22h36 : Les deux candidats passent aux sujets de société : 1er thème, l'immigration.

22h37 : François Hollande sur l’immigration : « Nicolas Sarkozy est donc en responsabilité de l’immigration depuis 10 ans. Ministre de l’Intérieur puis président de la République. Le nombre de rentrants dans notre territoire dans une situation légale, est de 200000 par an. C’était 150000 sous le gouvernement Jospin. Donc vous avez accepté pendant 10 ans que rentrent dans notre territoire 200000 personnes par an. En 2007, quand vous vous etes présentés au suffrage des français, vous aviez dit sur les 200000  je voudrais qu’il y ait la moitié qui soit de l’immigration choisie sur le choix économique. Et puis en définitive, ce chiffre n’a pas pu être atteint et l’immigration économique est tombé à 30000 sur les 100000 attendus. Et puis là aujourd’hui, changement d’objectif, vous dites je veux réduire de 200000 à 100000 le nombre d’immigrés rentrants légalement sur notre territoire. Donc qu’est-ce que je dis moi ? Immigration économique, je pense qu’il faut la limiter, chaque année je propose au parlement qu’il y ait une discussion chaque année pour voir le nombre que nous pouvons admettre à l’immigration économique. Ensuite il y a les demandeurs d’asile, qui sont entre 50000 et 60000, qui mettent un an et demi avant d’avoir une réponse, moi j’ai dit qu’il faut donner une réponse en 6 mois. Il reste les immigrations familiales, je considère qu’il faut poser des règles sur leur niveau de revenus minimums, la condition du logement et la maitrise du français. Sur les conjoints français, on ne peut rien dire sur un Français qui se marie avec un étranger, sauf si contestée »

22h40 : Réponse de Sarkozy : « Le flux migratoire a atteint un record sous le gouvernement Jospin, avec 215000. Le flux migratoire aujourd’hui est de 180000. Le problème est le suivant : nous avons accueilli trop de mondes, ce qui a paralysé notre système d’intégration, nous n’avons pas assez d’emplois, pas assez d’écoles, pas assez de logements. Il faut donc réduire le nombre de ce que nous accueillons, pas parce que nous les aimons pas, pas parce que nous en avons peur, mais parce qu’on n’arrive plus à les intégrer. Deuxième élément, je ne peux pas dire aux français, réduire nos dépensés et accepter l’immigration et est tentée par les prestations sociales parmi les plus généreuses. J’ai donc proposé pour les 5 années qui viennent de faire en sorte que nous divisions par deux le flux migratoire en France, en passant de 180000 à 90000. Comment allons-nous y arriver ? un juge uni pour tous les immigrés, ensuite pour tout nouvel entrant pour regroupement familial qu’il y ait consultation avec le consulat et qu’il parle minimum le français, et enfin je propose que les prestations comme le minimum vieillesse ou le RSA soit versé après 10 ans sur le territoire et 5 années de cotisations »

22h44 : François Hollande « D’abord je trouve que les juges ne doivent pas avoir un rapport avec l’immigration légale, mais avec la lutte contre l’immigration illégale »

22h45 : Passe d'arme sur les centres de rétention. Sarkozy demande s'il veut les garder. "Oui", dit Hollande. Sarkozy sort une lettre dans lequel il dit qu'il veut que la rétention doit être "l'exception".

22h46 : François Hollande sur le droit de vote : « Une position que je défends depuis des années, uniquement pour les élections municipales et par rapport à des étrangers en situation régulière sur le territoire et installé depuis plus de 5 ans. Je considère que ces personnes vivant sur notre territoire, payant des impôts locaux, doivent pouvoir participer au scrutin municipal et ça existe d’ailleurs dans la plupart des pays Européens. Pour faire passer cette réforme, il nous faudra une majorité des 3/5, c’est une révision de la constitution. Je soumettrai cette proposition au Parlement, sinon je soumettrai au peuple français »

22h48 : Sarkozy répond : « Depuis 10 ans, on a une montée des tensions communautaires extravagantes, on a une radicalisation et une pression d’un Islam de France alors que nous voulons un Islam en France. Je considère comme irresponsable de proposer un vote communautariste et communautaire alors que nous sommes face à a des tensions communautaires et identitaires extrêmement fortes. Les élections municipales et le maire c’est la deuxième personne après le Président de la République, les élus locaux que vous élisez servent à élire les législateurs, c’est le conseil municipal qui élit le Sénat »

22h55 : François Hollande sur l'Islam et le communautarisme : « Il y a des musulmans en France, citoyens Français, qui ne font pas de revendications communautaires à ce que je sache !! Donc pourquoi il y aurait à l’occasion des elections municipale, pour des étrangers qui sont là depuis des années et qui sont pas nécessairement musulmans ?? Combien avons-nous de cas, et vous les connaissez, où des français qui sont nés en France qui sont donc devenus citoyens, ont leurs propres parents qui sont venus en France il y a 30 ans, 40 ans, 50 ans et qui sont restés !! Lier comme vous l’avez fait le vote à une aspiration communautaire… Et je le dis, que les français n’aient aucune inquiétude, sous ma présidence de la République, il n’y aura aucune dérogation à quelques règles que ce soit en matière de laïcité. Sur le port du voile à l’école vous n’étiez pas favorables, moi je le suis !  Si je deviens Président de la République la loi sur la Burka sera appliquée. Il n'y aura aucun horaire de piscine qui sera toléré s'il fait la distinction entre les hommes et les femmes. Enfin sur la viande halal, sous ma présidence, rien ne sera toléré dans les cantines de nos écoles"

23h00 : les deux candidats abordent le sujet du nucléaire

23h02 Sarkozy sur le nucléaire : « Nous avons une électricité moins cher de 35% que nos partenaires allemands. 30 des 58 réacteurs ont été ouverts sous la présidence de François Mitterrand, personne n’a jamais remis en cause cela. C’est 240000 emplois !!  C’est un avantage social pour notre industrie et pour nos compatriotes qui se chauffent à l’électricité ou qui ont besoin de l’électricité. D’où vient le problème ? Le problème vient de la négociation entre les socialistes et les Verts, qui voient rouges quand on leur parle de nucléaire, et il a fallu leur donner des gages. Monsieur Hollande propose de revenir de 75% à 50% de la production nucléaire, c'est-à-dire de fermer 24 réacteurs nucléaires. Il n’y a aucune raison de fermer le nucléaire en France !! Depuis que le nucléaire existe nous n’avons jamais connu d’accidents graves. Quand il y a eu l’affaire de Fukushima, nous avons décidé d’auditer la totalité de nos centrales pour voir quelles conclusions nous devons tirer de cela. Mettre à bas le nucléaire parce que Madame Joly fait 2,30% des voix, c’est un choix gravissime. Nous n’avons pas de pétrole, nous n’avons pas de gaz, nous avons le nucléaire. Le nucléaire ne nous empêche pas de développer des économies, les énergies renouvelables, depuis que je suis président de la République nous sommes passés de 10,5% d’énergie renouvelable de notre pack énergétique à 13%. Nous avons multiplié par 4, notre puissance éolienne et nous avons multiplié par 100 notre puissance voltaïque. Il nous faut le nucléaire et il nous faut le renouvelable, les deux ensemble 

23h05 : François Hollande répond : « Nous avons en France une double dépendance. Une dépendance à l’égard du pétrole, et une dépendance à l’égard du nucléaire situé à un niveau très élevé. Nous sommes à 75%, le deuxième pays derrière nous c’est l’Ukraine, et ensuite le Japon qui est à 30%. Fukushima a marqué l’esprit de nos concitoyens. J’ai donc considéré que nous devions avoir un objectif de long terme, c'est-à-dire garder le nucléaire comme source principal de production de l’électricité mais réduire sa part à mesure que les énergies renouvelables allaient être stimulées et relevées. 50% de production d’électricité à l’horizon 2025, nous sommes à 75%. Et donc je ferai des efforts pour que les énergies renouvelables soient considérablement développées ? Vous dites que vous avez favorisé le solaire, c’est faux. Sur mon quinquennat, une seule centrale fermera, Fessenheim, c’est la plus vieille de France, elle se trouve en plus sur une zone sismique à côté du canal d’Alsace et elle aura 40 ans d'âge en 2017. Le choix qui va se faire pour les prochaines années, c'est 'est-ce que nous faisons des travaux pour préserver les vieilles centrales ou est-ce qu'on investit sur les énergies renouvelables?".

23:16 : Laurence Ferrari lance la séquence politique, plus précisément sur l'exercice de la présidence.

23h16 : Comment Nicolas Sarkozy envisage-t-il sa présidence ? « Je crois qu’un président de la République, c’est quelqu’un qui assume ses responsabilités, qui doit être profondément engagé, qui n’a pas le droit de dire qu’il ne veut pas ou qu’il ne peut pas, qu’il aurait voulu mais qu’il a pas pu, qui doit être en première ligne, qui doit conduire un certain nombre de changements extraordinairement difficiles dans un monde extraordinairement complexe. Dans les 5 années qui viennent, je proposerai aux français un nouveau modèle de croissance, un nouveau modèle français, basé sur l’économie du savoir, la formation professionnelle, des changements à l’école pour que notre école de la République soit une école de l’exigence. C’est quelqu’un qui prend des décisions, qui est mûri par l’expérience des crises qu’il a eu à affronter, c’est sans doute la fonction la plus difficile qu’il soit, une fonction que j’ai appris pendant 5 ans, à laquelle j’ai tout donné de mon énergie, de mon expérience, où je n’ai pas tout réussi »

23h18 : François Hollande, quel président comptez-vous être ? : « Un président qui d’abord respecte les Français. Un Président qui ne veut pas être de tout, chef de tout et en toute définitive responsable de rien. Moi Président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la président majorité à L’Elysée. Moi Président de la République, je ne traiterai pas mon 1er ministre de collaborateur. Moi Président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fonds pour mon propre parti, dans un hôtel parisien. Moi Président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que la vie du conseil supérieur de magistrature n’a pas été dans ce sens. Moi Président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs de chaines de télévision publiques, je laisserai ça à des instances indépendantes. Moi Président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire. Moi Président de la République, j’aurai aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du chef de l’Etat, je le ferai réformer de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonction venait à être contesté, je puisse a certaines conditions de me rendre à la convocation de tels ou tels magistrats ou m’expliquer devant un certain nombre d’instances. Moi Président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d’hommes. Moi Président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres, qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêt. Moi Président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local, parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leurs tâches. Moi Président de la République, je ferai un acte de décentralisation parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d’un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés. Moi Président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats, et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation. Moi Président de la République, j’engagerai de grands débats, on a évoqué celui de l’énergie et il est légitime qu’il puisse y avoir sur ces questions-là de grands débats citoyens. Moi Président de la République, j’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives pour les élections plutôt celles en 2017 parce que je pense qu’il est bon que l’ensemble des sensibilités politiques soit représenté. Moi Président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m’occuperai pas de tout et j’aurai toujours les soucis de la proximité avec les français. J’avais évoqué présidence normale, rien n’est normal quand on est président de la République. Puisque les conditions sont exceptionnelles, le monde traverse une crise majeure, en tout cas l’Europe, et il y a des conflits dans le monde, sur la planète il y a le double enjeu de l’environnement et du réchauffement climatique, bien sûr que le président doit être à la hauteur de ces sujets-là. Mais il doit aussi être proche du peuple, être capable de le comprendre.

23:21 : Réponse de Monsieur Sarkozy : "Monsieur Hollande, Vous avez parlé d'un président normal. Je vous dis que la fonction d’un président n'est pas une fonction normale. Et la situation que nous connaissons n'est pas une situation normale. Votre normalité, elle ne l’est pas à la hauteur des enjeux, parce que pour postuler dans cette fonction-là je ne pense pas que Général de Gaulle, François Mitterrand, Valery Giscard D’Estaing, Jacques Chirac, Georges Pompidou, c’était à proprement parlé, des hommes normaux. Vous venez de nous faire un beau discours, on en avait les larmes à l’œil,

23:26 : "Dites la vérité!" lance François Hollande à Nicolas Sarkozy. Accusé de nominations "partisanes", Sarkozy traite Hollande de "petit calomniateur".

23:30 : N.Sarkozy attaque F. Hollande sur DSK : "Comment vouliez-vous que je connaisse la vie privée de DSK ?" répond François Hollande. "Monsieur Hollande, ne vous défaussez pas !" renchérit Sarkozy.

23:35 : Sarkozy sur l’Afghanistan : "Partir en 2012, c'est impossible compte tenu de nos engagements. Partir en 2012, ce serait parjure par rapport à l'engagement que nous avons avec nos partenaires. La France n'est pas seule. Elle a un honneur."

23:37 : F.Hollande répond : "Je considère que la mission est achevée et que ça ne sert à rien d'exposer davantage nos soldats."

23h45 : Conclusion de François Hollande : « Changer ça veut dire faire du redressement dans notre pays, la grande cause ! Redressement productif, redressement industriel, redressement économique, redressement moral. Je veux que nous puissions nous retrouver sur la seule valeur qui vaille, la jeunesse. Je veux que l’éducation soit la grande priorité parce que c’est pour la jeunesse que je veux m’engager pour le prochain quinquennat. La seconde exigence, c’est la justice, elle a manqué tout au long de ces 5 dernières années. Je la rétablirai partout, je veux être jugé sur les décisions que j’aurai prises en fonction de ce critère, justes ou pas. Et enfin, je veux rassembler, rassembler non pas simplement les socialistes ou la Gauche comme vous l’avez dit, rassembler tous ceux qui sont attachés aux valeurs de la République, qui veulent que la France rayonne partout dans le Monde, qui veulent que la France soit fière d’elle-même, qui veulent que les jeunes français puissent porter un idéal, je n’écarte personne, je ne repousse personne, je ne stigmatise aucune force qui existe, nous aurons besoin de toutes les forces de la France »

23h48 : Conclusion de Nicolas Sarkozy : « Je veux parler à ceux qui ont voté Marine Le Pen. Moi je n’ai pas pris une pince à linge pour me boucher le nez Monsieur Hollande. Et je ne leur ai pas fait de leçons de moral, parce que voyez-vous je ne fais pas de leçons de moral à des gens qui vivent dans les quartiers où je ne vis pas ou qui mettent leurs enfants dans des écoles où je ne vis pas. Pour moi, il n’y a pas des sous-citoyens. Ils ont eu droit d’exprimer le vote qu’ils voulaient et je veux pouvoir leur parler en leur disant, vous avez exprimé un choix, c’était pas le mien, je vous respecte, je vous considère, j’ai entendu votre demande de nation, de frontières, d’authenticité, d’autorité, de fermeté. Je veux parler aux électeurs de François Bayrou également, ils ont bien le droit, n’ont pas fait mon choix, je veux leur dire une chose, le cœur de la campagne de François Bayrou c’est la réduction du déficit, son premier engagement c’est la règle d’or, Monsieur Hollande la refuse parce qu’il ne veut s’enfermer dans aucune règle, la règle d’or je la ferai adapter. Si il le faut, par le référendum, car je considère qu’un pays qui ne rembourse pas sa dette, qui ne réduit pas ses déficits, qu’il ne diminue pas ses défends, c’est pas un pays libre. Je veux parler à tous ceux qui se sont abstenus, en leur disant voilà, ne laissez pas les autres voter à votre place, quel que soit votre choix. Ca ne doit pas être un vote d’une heure, mais un vote pour 5 ans. La question n’est pas celle de Monsieur Hollande, Je Je Je…, ou de Monsieur Sarkozy, la question c’est vous les français, quelle direction doit prendre la France ? Quel avenir pour nos enfants ? Nous sommes dans un monde dangereux, un monde difficile, où il faut savoir prendre des décisions, tenir un cap, et assumer, assumer sa responsabilité. J’ai beaucoup réfléchi avant d’être candidat, si je le suis c’est parce que j’ai la passion de la France et que je souhaite vous conduire dans ce monde difficile pour les 5 années qui viennent »

Le débat touche à sa fin après 2h50 d'émission

Egalité parfaite du temps de parole des deux candidats : 72mn17 chacun

Commentaires (1)

1. vimax (site web) 15/03/2013

F*ckin’ remarkable things here. I am very satisfied to peer your article. Thanks a lot and i'm having a look ahead to touch you. Will you please drop me a mail?

http://www.hotelsecession.com/member/50360/

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

__________________________________________________________________________________________________________________________________

PageRank Actuel

https://annuaire.laposte.fr/associations/equality-52445471700025/

<a href= »http://www.guide-gay.com » title="Guide Gay" target= »_blank »>Guide Gay</a>

Google+

Annuaire Tchat

Annuaire Association

Annuaire Webradio

Annuaire pour webmaster - Tchat

Annuaire liens durs - Rencontres

Referencement gratuit - formation java j2ee lyon - avis sur archos - activité pour enfants
visitez maupiti l authentique - photographe mariage toulouse - chien de terre neuve - tchatche

 

 CopyrightFrance.com